Préambule

  • : Kildar : Espace Créativité
  • Kildar : Espace Créativité
  • : Mes écrits, mes "dessins", mes coups de coeur, mes humeurs,... Bref ce qui transparait de moi à travers mes "créations"
  • Contact

Recherche

Copyright

N° 00040288

23 octobre 2007 2 23 /10 /octobre /2007 11:07
« Choisis ton destin ».Ces mots qu’il venait de prononcer sonnaient le glas de leur amour, Gwendoline ne pouvait à présent plus reculer.
 
Elle regarda Rya-Khin, les yeux gonflés par les larmes, glissa une main dans l’échancrure de sa chemise. Elle aimait caresser sa peau, parcourir du bout des doigts ce torse dont l’infinie douceur la surprenait encore.
 
Sans le quitter des yeux, elle se serra contre lui en murmurant : «Embrasse-moi ».
Il  approcha son visage du sien, elle lui tendit ses lèvres pour un long baiser, le dernier, l’ultime.
Il sursauta légèrement lorsqu’il sentit le poignard sous sa chemise, le contact du métal froid le fit frissonner. Le moment était arrivé, elle avait choisi son destin.
Un vent glacé se leva, le ciel s’assombrit libérant des millions de flocons, qui tout en tourbillonnant vinrent se poser sur ces deux êtres enlacés, les recouvrant peu à peu d’un fin manteau de neige d’une blancheur immaculée. Etrange, il ne neigeait pas à cette période de l’année.
Mère Nature a ses mystères…
 
Rya-Khin ouvrit brusquement les yeux, un goût de sang dans la bouche. Un fin filet rouge apparut sur la neige. Gwendoline ne bougeait plus, telle une marionnette, son corps glissa sur le sol.
Pour la deuxième fois, elle lui avait fait don de sa vie.
 
Fou de douleur, il se mit à hurler. Ses cris étaient terrifiants, à vous glacer le sang.
Quelques oiseaux effrayés s’envolèrent laissant place au silence. Il regardait sa féerique maîtresse, lui caressant le visage, puis plus rien, le noir total
Il s’écroula, une pierre venait de heurter violemment son crâne.
 
Les archers de la reine accompagnés par quelques elfes surgirent des buissons. Cachés, ils avaient assisté silencieusement à la scène attendant l’instant propice pour intervenir.
Pas un minute à perdre, le vampire ne resterait pas longtemps inconscient. Ils enveloppèrent le corps de Gwendoline dans une couverture et partirent à la hâte, s’enfonçant dans la forêt où ils avaient laissés leurs chevaux.
 
Ils rejoignirent leur reine qui les attendait aux portes de la ville.
Le Conseil avait décidé d’éloigner Gwendoline, évitant ainsi d’attirer le vampire dans les parages.
Le petit groupe rejoint par la reine continua sa route en direction des collines.
Quelques paysans, amis des Fées avec lesquelles ils faisaient du commerce, vivaient dans un hameau à quelques kilomètres de là.
La reine depuis quelques années y possédait une chaumière, située à l’écart des regards, dans une clairière où coulait une paisible rivière.
Elle s’y réfugiait quand elle voulait échapper à la vie parfois trop mouvementée de son royaume.
 
La porte de la maison s’ouvrit et sur son seuil apparut une petite femme toute de blanc vêtue.
Elle fit signe à la reine, tout était prêt.
Les archers déposèrent Gwendoline sur le lit qui avait été placé dans une pièce du bas à l’arrière de la maison pour des raisons évidentes de facilité.
Aussitôt ils quittèrent les lieux, laissant les femmes à leur tâche.
 
Gwendoline respirait encore, faiblement certes mais elle était vivante. Elle avait perdu beaucoup de sang, son pouls était à peine perceptible.
Isadora, sage-femme et amie de toujours des Fées, avait mis au monde bon nombre d’entre elles dont les princesses.
Un soir, alors qu’elle s’apprêtait à se coucher, quelqu’un frappa à la porte.
Le messager personnel de la reine venait lui remettre une missive urgente, ordre lui avait été donné d’en attendre la réponse.
Elle lut les premières lignes et sans hésitation répondit par l’affirmative à la demande qui lui était faite.
 
L’état de Gwen la laissait quelque peu perplexe, tout en promettant de faire le maximum pour sa fille, elle ne cacha pas à la reine des Fées que les chances de sauver la mère et l’enfant étaient minimes.
Tout avait été organisé dans les moindres détails, la sage-femme conseilla à la reine de rentrer au château se reposer, qu’elle enverrait un des paysans la prévenir quand tout serait terminé.
 
Un long sanglot la secoua, voir sa petite Gwen allongée, sur ce lit, plus morte que vive lui brisait le cœur.
Pas le temps de pleurer se dit-elle, il est temps à présent de m’occuper d’elle.
 
Au beau milieu de la nuit, l’enfant poussa ses premiers cris.
Isadora était épuisée mais si heureuse de les avoir sauvés. Elle prépara l’enfant, la mit dans un panier en osier qu’elle déposa ensuite près de la porte.
 
La reine qu’un paysan était allé avertir n’allait pas tarder à arriver.
Pour le bien de la petite communauté, le Conseil des Anciens à l’unanimité avait décidé que si Gwendoline pouvait demeurer parmi les siens, l’enfant, elle serait confiée aux elfes.
Pour tout le monde, elle était morte à sa naissance.
 
A son réveil, trois jours plus tard, Isadora eut la lourde tâche d’annoncer la nouvelle à la princesse. Celle-ci fondit en larmes, abattue par la nouvelle.
 
Durant les mois qui suivirent Gwen peu à peu reprit des forces mais elle n’était plus la même.
Elle errait dans les couloirs du château, refusant de voir quiconque, c’est à peine si elle parlait.
La perte de cette enfant la plongeait dans une profonde tristesse, d’autant plus qu’elle n’avait aucune idée de ce que Rya-Khin était devenu.
 
Elle avait bien tenté de faire parler les archers mais en vain.
Plusieurs fois déjà, à la nuit tombée, elle s’était rendue à l’endroit où elle l’avait vu pour la dernière fois, espérant que peut-être il viendrait.
Rien ni personne, aucune trace de lui.
 
Les mois passèrent sans qu’elle ne puisse se consoler. Elle n’avait plus le goût à rien.
A quoi bon continuer à porter ce fardeau trop lourd pour ses frêles épaules ?
Cette nuit-là Gwendoline quitta le château, elle grelottait tant le vent était froid, un dernier soubresaut de l’hiver sans doute pensa-t’elle.
 
Elle traversa la forêt, sans y rencontrer âme qui vive. Tant mieux se dit-elle, personne ne saura que je suis ici.
Elle était presque arrivée qu’il se mit à neiger, comme il y a un an au même moment.
Caprices de Dame Nature, étrange coïncidence, quelques minutes suffirent pour que le sol soit recouvert par la neige.
Le silence se fit encore plus lourd, Gwendoline s’assit et sortit de sa poche, un petit flacon qu’elle avait subtilisé chez Isadora, l’ouvrit et en but le contenu, tout en s’allongeant sur le sol. La neige continuait de tomber, la  recouvrant lentement,
Elle sentit les premiers effets du poison lorsqu’elle entendit des banches craquer derrière elle.
A peine eut-elle le temps de tourner la tête qu’il était là, debout devant elle.
Elle n’en croyait pas ses yeux, il était revenu.
Rya-Khin se mit à genoux et prit la main de Gwen, qu’elle essaya mais en vain de dissimuler.
Le petit flacon s’en échappa et roula sur le sol.
« Pardonne-moi » murmura-t-elle.
A ces mots il se pencha vers elle, déposant un baiser sur son front.
Tout en la serrant dans ses bras, il dégagea délicatement sa nuque. Gwendoline s’en rendit compte mais elle ne put rien faire, le poison la paralysait quasi complètement.
« Je ne veux pas te perdre une seconde fois » lui dit-il, ce furent les derniers mots qu’elle entendit avant de sentir ses dents pénétrer dans la peau de son cou.
Puis il s’allongea et se blottit contre elle.
 
Au lever du jour, on découvrit leurs corps que la neige d’un blanc linceul avait recouverts.
 
Depuis, chaque année à pareille époque, il neige cette nuit là.
 
On racontait que les deux amants hantaient la forêt et les alentours essayant de retrouver l’enfant qu’ils savaient vivante, certains prétendaient mêmes les avoir vus.
 
Nul ne savait si c’était la vérité, pourtant d’un village à l’autre, l’histoire se racontait.
 
La Légende des Enfants de la Nuit venait de naître.


Ainsi s'achève "Les Odes de la Crypte".
Qui sait.... Peut-être un jour aurons-nous des nouvelles de Gwendoline et Rya-Khin....
Ils n'ont pas fini de nous hanter comme ils hantent la forêt qui les a vus s'unir à jamais....

Partager cet article

Repost 0
Published by Cheeky Diablesse - dans Ecrits
commenter cet article

commentaires

fab 10/12/2007 17:35

ah! l'amour avec un grand A comme agonie, angoisse, à la vie, à la mort...big bisous vampiriques

Kildar 11/12/2007 14:21

Excellent choix 8-)Bisous acérés +++

Cheeky 03/11/2007 17:25

Sorry mais je ne suis pas encore tombée si bas !

Kildar 04/11/2007 00:05

Alors tu es entre deux eaux...Excuse moi je croyais que tu étais arrivée au fond..Blague à part je reste infiniment persuadé que tu es digne des cimes plutôt que des abîmes ;-)

Cheeky 03/11/2007 12:24

Sauf si je me plais là où je suis tombée ! RirePasse un bon congéGros bisous

Kildar 03/11/2007 15:08

Oui tu as rason les bains de boue c'est bon pour la peau :0002:Merci et Gros Bisous à Toi Aussi Ma Complice ;-)

Cheeky 28/10/2007 00:00

Bien que je sois mal retombée, je fus bien élevée.Merci est la moindre chose que je puisse dire.Si tu ne l'acceptes pas, je n'y puis rien !So....Have a nice week-endKiss

Kildar 28/10/2007 13:01

Il te suffit de donner un bon coup de pied et tu te retrouveras propulsée très haut ;-)Mais si j'accepte tes "remerciements" juste que j'en ai tout autant à ton "service" 8-)Excellent week-end à toi aussi !Kisss ++++

Tietie007 25/10/2007 18:48

Bonne soirée !

Kildar 26/10/2007 09:28

Merci toi aussi...Enfin là c'est bonne journée plutôt :0002:

Cheeky 23/10/2007 22:40

Ce fut très agréableMERCI

Kildar 24/10/2007 09:03

Plaisir partagé.Tu n'as pas à me remercier. :0002:

maryno 23/10/2007 21:32

les histoires de vampires ne m'inspirent pas mais là l'émotion était intense...à faire frisonner chaque centimètre de ma peau...bien joué à vous 2....

Kildar 24/10/2007 09:01

Merci pour nous deux....

Claire Ogie 23/10/2007 16:06

Ha ha ha ! Exact ! :o))Je te dirai ça lorsque je lirai le tout Kildar, mais ne sois pas si défaitiste en ce qui te concerne ! lol

Kildar 23/10/2007 18:33

Je ne suis pas défaitiste et serai très honoré que tu apprécies également les textes que j'ai écrits pour cette Saga 8-)

Claire Ogie 23/10/2007 12:53

C'est superbe !Le début que tu avais mis l'autre jour en ligne ne me disait pas plus que cela, et du coup je n'ai rien lu d'autre de cette saga, mais je trouve la fin de toute beauté !Je vais donc aller lire le reste... ;-)

Kildar 23/10/2007 15:49

Oui il ne te disait tellement pas plus que cela que tu n'as pas laissé de commentaire ;-)La Préface était mienne, le "Final" est de ma Complice.Comme on a alterné l'Ecriture dans cette saga tu devrais te satisfaire en ne lisant qu'un texte sur deux :0002:Merci pour Elle et n'hésite pas à com' er le reste 8-)