Préambule

  • : Kildar : Espace Créativité
  • Kildar : Espace Créativité
  • : Mes écrits, mes "dessins", mes coups de coeur, mes humeurs,... Bref ce qui transparait de moi à travers mes "créations"
  • Contact

Recherche

Copyright

N° 00040288

21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 13:02

Exercice 36 - Mots imposés (Kildar)

Mouvance, Errance, Violence, Souffrance, Enfance, Instinctivement, Egoïstement, Décemment, Empiriquement, Innocemment, Boire, Rire, Danser, Recevoir, Décevoir.


Dany s'éveillait lentement, l'esprit encore embrumé par  les abus d'alcool de la veille, lorsque la sonnerie de son téléphone portable retentit sauvagement dans son oreille gauche.

Et quelle sonnerie ! Mais avec les progrès fulgurant de la technologie moderne ce n'était ni plus ni moins que le refrain musclé de « The Number of the Beast » d'Iron Maiden.

Une fois de plus il s'était endormi avec l'oreillette de son téléphone.

Ce qui eut le mérite de le faire réagir avec promptitude.

 

  • - Allo oui!
  • - Dany c'est Kate.
  • - Salut la belle, déjà levée?
  • - Me suis pas couchée, j'étais trop impatiente. C'est toujours OK pour ce midi?
  • - ....
  • - Dany tu m'entends?
  • - Oui, oui je t'entends. Hummm.... Attends un instant.

 

Dany agita la tête pour secouer ses neurones, enfin ceux qui restaient encore vaillants.

Il prenait compte de l'étendue du désastre, hier ou plutôt ce matin juste avant l'aube Kate lui avait fait écouter la musique de sa dernière compo et il lui avait promis de lui en écrire les paroles.

Il jeta un coup d'œil à sa montre : Onze heures et quart !

No comment ! Il allait devoir se remuer s'il voulait tenir sa promesse.

Ca aurait beaucoup plus facile si elle n'avait pas été aussi canon la Miss Kate, mais sublime comme elle l'était il n'avait pas le choix, s'il voulait la mettre dans son lit il allait falloir assurer. Inspirant profondément il reprit la conversation.

 

  • - Kate désolé mon chat miaulait derrière la fenêtre pour rentrer.
  • - No soucy. Alors c'est d'accord hein?
  • - Oui ça marche. En revanche je préfèrerais que ce soit plutôt 14H00 que Midi. Je veux te proposer un truc béton, alors laisse moi un peu plus de temps pour le peaufiner.
  • - Rhaaaa! T'es trop toi. Comment je vais faire pour attendre deux heures de plus...
  • - Ben t'as qu'à aller te balader au Luxembourg c'est souverain quand on est stressé, en tout cas pour moi c'est super efficace.
  • - OK on fait comme ça, mais je te préviens à deux heures pétantes je débarque chez toi et t'as intérêt à me laisser entrer et à être prêt.
  • - Promis Kate. Allez je raccroche j'ai du pain sur la planche. A toute!
  • - Bosse bien. A très bientôt.

 

Dany jeta sur téléphone sur son lit, enfila un short et alla se préparer un expresso bien serré : il allait en avoir besoin.

 

Les yeux dans le vague il se laissait emporté par la mélodie légèrement dissonante et lancinante.

Il fallut une dizaine d'écoutes avant qu'il n'ouvre les les yeux et commence à marteler son clavier comme un damné. Le cliquetis assourdi des touches ressemblait au staccato d'une mitraillette munie  d'un silencieux : un son étouffé, rythmé et régulier.

 

Il lu, corrigea, relu, corrigea, relu et corrigea encore, et ce un nombre fois considérable.

A un tel point que lorsqu'il entendit sonner à sa porte il sursauta et réalisa que cela faisait plus de deux heures qu'il s'était installé dans son fauteuil.

 

Qu'importe il avait terminé et avait hâte d'avoir l'avis de Kate.

Il posa son ordi sur la table basse et se précipita dans l'entrée avant qu'elle ne maintienne le bouton de la sonnette appuyé jusqu'à ce qui lui ouvre la porte.

 

  • - Salut Kate, pile à heure dis-moi.
  • - Je te l'avais dit. Alors c'est bon?
  • - Entre on va pas discuter de cela sur le pallier.

 

Il n'avait pas terminé sa phrase qu'elle était déjà arrivée dans le salon

Il referma la porte et alla la rejoindre.

 

  • - Tu veux boire un café ou autre chose?
  • - Allez me fait pas attendre fait moi lire ce que tu as écrit.
  • - Un peu de patience, laisse moi le temps de me servir un café. T'es certaine que tu ne veux rien?
  • - Okette si t'as un jus de fruit bien frais ça m'ira très bien.
  • - Pamplemousse ça te va?
  • - C'est parfait.

 

Dany alla chercher les boissons dans la cuisine et les posa sur la table en revenant avant de connecter son ordi à l'imprimante pour sortir un exemplaire papier de son texte et le donner à lire à Kate.

 

Ceci fait il s'installa dans son fauteuil et savoura lentement son café sans quitter de l'œil Kate installée dans le divan face à lui et qui s'était aussitôt plongée dans la lecture des paroles de la chanson.

 

Dany la regardait sans prononcer un mot, osant à peine respirer, le silence environnant étant parfois troublé par Kate fredonnant l'air de sa compo.

 

Soudain elle leva les yeux de la feuille de papier et lui demanda si il voulait bien lui prêter sa guitare : elle voulait essayer de mettre les paroles en musique.

Dany accepta en souriant et alla lui chercher l'instrument posé près de son lit.

Lorsqu'il le lui tendit elle l'attrapa, s'installa sur le bord du canapé, ferma un instant les yeux avant de les poser sur la feuille posée sur la table basse et se mettre à chanter.

 

Je me souviens de nous vivant dans la violence,

Je me rappelle surtout de cette drôle d'existence,

Nous ne vivions qu' instinctivement,

Et cherchaient la Mort égoïstement.

Quand notre Amour de la souffrance

Nous ramenait à notre enfance,

Ces jours de peine chargés de haine,

Ces nuits de peur bardées de chaînes,

Ces matins blêmes de nos errances,

Qui s'achevaient dans le silence.

On aurait tant voulu rire et danser,

Nous enivrer pour ne plus penser,

Pour enfin oublier notre peur du noir

Et à jamais ne plus nous décevoir.

 

Innocemment nous nous forcions à boire,

Nous désaltérant dans de noirs abreuvoirs

Où nous trouvions enfin l'Alzheimer convoité,

Et la paix pour nos âmes trop souvent maltraitées.

 

Nous nous étions plongés dans cette funeste mouvance,

Nous nous félicitions de cette non-espérance,

Cette auto-destruction vécue empiriquement,

Nous faisait jubiler quasi viscéralement.

Nous plonger dans le cloaque de nos nuits,

Pour y assouvir nos sombres appétits,

Nous sentir sales, vils et sans espoir,

Etres malsains aux troubles de la mémoire,

Pauvres humains aux complexes cerveaux,

Incapables d'abandonner leur caniveau.

A jamais destinés à ne rien recevoir,

Et à finir nos vies sur un bout de trottoir.

Tel était notre avenir, notre sombre présent,

Nous étions incapables de vivre décemment.

 

Innocemment nous nous forcions à boire,

Nous désaltérant dans de noirs abreuvoirs

Où nous trouvions enfin l'Alzheimer convoité,

Et la paix pour nos âmes trop souvent maltraitées.

 

Innocemment nous nous forcions à boire,

Nous désaltérant dans de noirs abreuvoirs

Où nous trouvions enfin l'Alzheimer convoité,

Et la paix pour nos âmes trop souvent maltraitées.

 

Katy laissa un instant ses doigts courir sur les cordes avant de relever la tête pour regarder Dany, elle avait les yeux brillant à la fois de larmes et de plaisir.

Elle posa délicatement la guitare sur le canapé, se leva, lui prit la main et l'entraîna dans sa chambre.

Elle lui lâcha la main le temps de fermer les volets et d'allumer la lampe Tiffany posée sur la table de nuit, puis elle s'assit sur le lit et l'attira vers elle.

 

Dany ne se fit pas prier pour la rejoindre et s'abandonner avec elle dans le maelström émotionnel où les avait emportés sa chanson.

Partager cet article

Repost 0
Published by Kildar - dans Ecrits
commenter cet article

commentaires

maryno 27/04/2008 21:56

kikou...me voici me voilà....j'adore ce mélange histoire-poésie....bien trouvé!!..bises...

Kildar 27/04/2008 22:30


Bon retour chez Nous ;-)

Merci et bises too


Jim 22/04/2008 17:17

Je connais ces quinze mots là ^^J'aime beaucoup cette approche, ne pas simplement écrire le texte mais lui donner une histoire, des origines...

Kildar 22/04/2008 17:30


Oui moi aussi ils me disaient quelque chose :0002:

Merci j'ai eu effectivement envie de donner un peu d'épaisseur à cet exercice.

Mais il faut dire que depuis le temps que je n'avais pas écrit "grand chose" ça me faisait envie de vous en donner plus à lire ;-)


sam, l'enfant taré 22/04/2008 17:10

superbe histoire !!! superbe chanson bien ammenée !!! que d'émotions !!! @ touteps : dans ma proposition, j'ai bien oublié par erreur le mot décemment désolé !!!

Kildar 22/04/2008 17:13


Merci merci.

L'idée d'utiliser le smots pour en faire une chanson m'a semblé intéressante... Il ne me restait plus qu'à écrire le contexte et après la chanson...
C'est chose faite ;-)

P.S. : Pas de souci pour l'oubli d'un mot ça n'enlève rien à la qualité de ton texte.