Préambule

  • : Kildar : Espace Créativité
  • Kildar : Espace Créativité
  • : Mes écrits, mes "dessins", mes coups de coeur, mes humeurs,... Bref ce qui transparait de moi à travers mes "créations"
  • Contact

Recherche

Copyright

N° 00040288

23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 10:50

 

Diana s’éveillait lentement. La lumière du jour à travers les persiennes dessinait d’étranges arabesques sur la porte de la chambre, comme une succession de pleins et de déliés formant des courbes qui ondulaient harmonieusement de haut en bas. Les regardant plus attentivement elles lui firent penser à un mantra cabalistique, un langage ancien venu du fond des âges. Elle se fit la réflexion qu’elle éprouvait ce qu’avait dû ressentir les premiers archéologues en Egypte lorsqu’ils étaient entrés dans les pyramides.

 

Elle ferma les yeux comme si elle allait ainsi en comprendre la signification. Il ne se passa rien et bizarrement elle en était presque déçue, un court instant elle avait cru que cela fonctionnerait, que de sa nuit intérieure jaillirait la lumière.

Elle ouvrit les yeux et un sourire naquit sur ses lèvres : Drôle de rêve tout de même…

Pour une fois elle se souvenait clairement de ce qu’elle avait « vécu » dans celui-ci.

Il faut avouer qu’il était suffisamment insolite pour qu’elle ne l’ait pas oublié.

 

Elle était sortie dans son jardin – dans la réalité elle habitait au 3ème étage d’un immeuble plutôt modeste situé à la périphérie d’une petite ville de province – pour admirer la pleine lune, elle était immense et Diana ne l’avait jamais vue d’aussi près : c’est bien simple elle paraissait si proche qu’en tendant la main elle aurait pu la toucher simplement en sautant sur place.

Diana ressentit d’étranges picotements dans le creux de la nuque et le long des bras, elle sentit ses cheveux et ses poils se redresser au fur et à mesure qu’elle pénétrait dans l’aura de la Lune. Dans le même temps une vague de plaisir déferla dans son ventre, elle n’en fut pas étonnée : elle savait pourquoi, comme un savoir inné venu du fond des temps, tel celui du  saumon remontant la rivière pour assurer sa descendance.

Elle était nue, dressée face à la Lune, les bras ouverts invitant celle-ci à venir en elle et s’y fondre dans une totale osmose, telle une succube cherchant à séduire le pauvre homme prit dans ses filets.

Elle était prête, féconde et humide à souhait. Le temps était venu pour elle d’accomplir sa destinée : Diana allait être la mère du Fils de la Lune.

A peine en eut-elle pris conscience qu’elle sentit un voile froid la frôler et  revêtir son corps d’un drap de brume, la sensation de fraicheur persista un moment encore, et pourtant Diana sentit de nouvelles vagues de chaleur déferler dans son ventre, son antre palpitait s’ouvrant de plus en plus, prêt à accueillir la semence Sélénite devant la féconder.

Brusquement elle se sentie prise et comblée, son bassin ondulait d’avant en arrière, suivant un rythme lent et saccadé à la fois, marquant un temps d’arrêt de quelques millisecondes entre deux ondulations, elle était là debout, campée sur ses jambes, les yeux fixant la Lune, les mains posées sur ses hanches accompagnant les mouvements sinueux de son ventre.

Puis la cadence se fit plus rapide et plus intense, ses lèvres s’écartèrent lentement, un doux gémissement s’échappant de sa gorge, les oscillations de son bassin  devinrent presque violentes, le mouvement de ses hanches claquaient dans l’air comme si elles heurtaient un autre bassin, le gémissement devint une multitude de petits cris de plus en plus aigus qui se transformèrent en une vibrante mélopée s’achevant dans un cri rauque et puissant, au même moment elle sentit un courant presque brulant déferlant dans on ventre, se jambes cessèrent de la porter et elle s’effondra dans l’herbe humide de rosée, les yeux fermés, sur les lèvres un sourire de plénitude et de contentement : Diana était comblée.

 

S’asseyant dans son lit elle prit conscience que le feu de son rêve était encore présent dans sa réalité, elle le sentit s’estomper peu à peu, lentement, comme les vague océaniques à marée basse.

Toutefois elle percevait autre chose, une sensation plus profonde de complétude, d’intégralité, elle comprit alors que ce rêve n’était pas juste une illusion, l’aventure onirique d’une jeune femme de 20 ans encore vierge : elle était réellement enceinte, et c’était bien l’aboutissement de sa vie. Elle s’était gardée « pure » pour Elle, la Reine des Sélénites, l’Astre de la Nuit.

Cet être qui allait croitre en elle en avait fait sa fille et sa maitresse à la fois.

 

Diana avait enfin trouvé sa réalité.
Mais où celle-ci la ménerait-elle ....

Partager cet article

Repost 0
Published by Kildar - dans Ecrits
commenter cet article

commentaires

skya 25/09/2011 18:38



Enfin un très beau texte bien tracer , joli titre me plais ...J'ai lu à 2 fois avec reflex, partager des mots, le rêve ....


je suis rester un moment à lire ...> Ceci > ( Diana allait être la mère du fils de la lune )..... Tout ce qui est de l'espace me pousse à lire...


Bonne continuation .


Amitié  skya.


 



Kildar 25/09/2011 22:44



Merci Maryse de cette empreinte chez moi et de ton commentaire bien élogieux.


Je suis heureux que cet texte t'ait plu et que tu aies partagé me smots et mon rêve



Z 11/11/2010 18:10



Un coup de croc en votre jugulaire Ténébreux...


 


En écho à ton édito, c'est moi qui te remercie ! Pour la confiance témoignée à mon endroit. Sache que je continue à y assurer une veille et que je reste disposée à t'aider, vous aider, à la
maintenir en vie. Donc au besoin, n'hésite pas à... hurler à la Lune ! (Clin d'oeil)


 


Saisissant ton texte.


 


Z.



Kildar 12/11/2010 13:10



Hello !


J'aime àlire que comme moi tu restes dans l'ombre masi toujours l'oeil vif et les dents affutées.


Merci encore pour cette veille active.


Merci aussi pour le com' en ces lieux.


Je suis deux fois plsus heureux de trouver ici ton empreinte...



GIL-MAUREL Genevieve 25/10/2010 23:45



Qu'il est beau ce texte...Bravo Kildar .


Le mystère de la lune est réelle.  J'ai remarqué que le temps de la pleine lune nous sommes plus nerveux et pourtant quand nous sommes dehors et que nous la voyons si lumineuse et entourées
des étoiles si petites à côt& d'elle, le ciel est magnifique.


Bises de boisette  



Kildar 29/10/2010 16:52



Merci je suis réellement touché par ton commenatire et heureux que cet écrit te plaise.


Car même si on écrit souvent pour soi- pour extraire ce qu'il y a en nous pour et prendre du recul - on écrit aussi pour être lu.. et apprécié aussi hein 8-)


Bises de Kildar



Alexandre A 07/10/2010 00:04



C'est un texte onirique et plein de symbolisme.La langue française fait ici un joli parcours littéraire. 


Alexandre A



Kildar 08/10/2010 07:56



Merci de cette empreinte qui me touche et m'enchante...



VITA 06/10/2010 08:40



Un rêve de féminité, la lune en étant déjà le symbole: maternité et sexualité. Bonne semaine   VITA



Kildar 06/10/2010 11:26



Sourire...


Belle appréhension du texte.


Merci de cette empreinte ic..


Bises



Aimela 02/10/2010 10:39



Si elle se souvient de son rêve c'est qu'il y a une signification pour l'avenir. Très joli texte , je trouve simplement un peu dommage  que tu ais écrit où cette femme habitait en réalité.



Kildar 03/10/2010 12:08



Effectivement on peut dire qu'il a ou aura ue grande signification pour l'Avenir....


J'ai trouvé "utile" de situer son quotidien réel pour mieux accentuer la différence abec son Monde Onirique, qui devient réel également..


Merci pour ton empreinte et pour tes mots...



fabienne 23/09/2010 17:55



les rêves c'est comme la vie y en  a qui sont plus riches que d'autres :))


bisous



Kildar 23/09/2010 21:48



C'est vrai..


Et lorsqu'ils sont riches qu'est-ce qu'ils sont bons...


Merci de ton empreinte et de ta fidélité


Bises+++